Victor Coucosh

Contenu de la page : Victor Coucosh

RACINES

Quelque part dans le nord de la Roumanie, il y a des cimetières abandonnés, derniers vestiges des communautés juives exterminées par les nazis.

Au milieu d’une végétation qui reprenait peu à peu sa place, les pierres tombales semblaient animées d’une vie secrète. Certaines se penchaient, comme pour prolonger leur union dans l’éternité, d’autres semblaient se regrouper à l’abri d’un gros arbre ou bien, restent alignées, vacillantes. Emouvante osmose entre pierres taillées et végétation sauvage, dans le silence d’un oubli peuplé de fantômes.

Et comme par un malicieux hasard, d’étranges raccourcis de l’histoire les associaient à des barbelés, à des buchers, à des fenêtres closes de barreaux, à des chiens errants…
Et une étrange pensée me vint : les racines des arbres abattus ne pourrissent jamais.